Le site du CAIRN : Collectif POUR des Alternatives Innovantes à la Rocade Nord de Grenoble


Le CG de Haute-Savoie montre l’exemple à ne pas suivre...

Les comportements des usagers évoluent, pas seulement dans l’isoloir !

dimanche 28 juin 2009

La fréquentation de la nouvelle autoroute "Liaison Annecy nord express", dite Liane, est très inférieure au trafic annoncé par ses promoteurs avant la construction. Le Conseil général de Haute-Savoie participe au financement du péage de cet ouvrage théoriquement entièrement privé.

JPG - 81.2 ko
Autoroute Annecy nord - Genève, dite Liane

Pour justifier la Rocade Nord, les Grenoblois sont priés de faire augmenter le trafic automobile dans l’agglomération de +0,9% par an jusqu’en 2050, rien de moins ! Et pourtant, le trafic voiture a commencé à baisser en 2002 dans les grandes agglomérations urbaines françaises (dont Grenoble), et depuis 2008 également sur les voiries inter-urbaines (-3%).

La nouvelle autoroute "Liane" , mise en service en décembre 2008 entre Annecy Nord et Genève, a un trafic bien inférieur aux prévisions : 16000 véhicules par jour, au lieu des 23000 à 25000 annoncés avant l’inauguration, et nécessaires pour que le péage finance l’ouvrage.

Et pourtant, Liane a eu beaucoup de chance !

  • La liaison TER Annecy Genève est calamiteuse : durée moyenne = 2 h, pour un trajet de 57 km en train !!!
  • La route départementale parallèle est fermée pour travaux au pont de la Caille depuis plusieurs mois [1]. Les comptages permettent de prévoir que Liane perdra environ 2000 véhicules/jour lorsque le pont de la Caille réouvrira, fin décembre 2009.

Malgré un contexte local particulièrement favorable en 2009, ce projet, théoriquement entièrement privé, concédé pour 55 ans, ne peut pas atteindre l’équilibre financier. Le Conseil général de Haute-Savoie a renfloué la caisse en participant au péage, sous forme d’abonnements à tarif réduit [2]

Après TEO à Lyon, après Liane en Haute-Savoie, la Rocade Nord de Grenoble sera-t-elle le gouffre financier suivant, pour les contribuables isérois cette fois ?

Et on ne pourra pas dire que le Conseil général de l’Isère (CGI) n’a pas été prévenu : la question du possible —pour ne pas dire probable— déficit d’exploitation de la rocade est explicitement posée dans le rapport Hersant remis par le bureau d’études au CGI en septembre 2008...

Notes

[1] si le lien n’ouvre pas la page cherchée, copier ce lien :
http://cg74.fr/pages/fr/menu1/les-actions/les-missions-132.html
puis cliquer sur la rubrique Routes, transports dans la colonne de gauche, et consulter l’article Rénovation du pont de la Caille.

[2] Cette subvention devrait normalement cesser lorsque le pont de la Caille sera réouvert


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette