Le site du CAIRN : Collectif POUR des Alternatives Innovantes à la Rocade Nord de Grenoble


Encore 2 villes qui renoncent à se payer une rocade !

mardi 20 octobre 2009

Après Strasbourg, Angers et Niort renoncent au projet de rocade qui leur aurait permis de "boucler leur ring". Ces projets ne répondent plus aux enjeux de notre époque ! Et pendant ce temps, le CG Isère renoncera-t-il à soutenir un projet de tram-train pour privilégier la Rocade Nord de Grenoble ?

A Bordeaux et Toulouse, l’Etat a retiré en juin 2008 son soutien aux grands projets de contournement routiers, estimés non conformes aux enjeux du Grenelle de l’environnement. A Strasbourg, une des nombreuses villes de taille comparable à Grenoble dépourvues de rocade complète, en décembre 2008, le Maire et le Président de la Communauté Urbaine ont clairement expliqué pourquoi ils ne boucleraient pas leur rocade. Explications entièrement transposables à Grenoble...

JPG - 80.5 ko
Angers
Plan Google Maps.

Angers abandonne sa Rocade Sud

A Angers (aire urbaine de 345’000 habitants), le projet de Rocade Sud, datant de 1972 —avant le premier choc pétrolier , qui aurait coûté au moins 160 M€, a été remis en cause par une partie des élus de la ville d’Angers. Début septembre 2009, le Conseil général du Maine-et-Loire renonce à mener les études techniques pour la Rocade Sud et rend la maîtrise d’ouvrage à l’agglomération. Le 17 septembre 2009, le Conseil d’agglomération vote l’abandon du projet. L’agglomération angevine annonce par contre un programme plus volontariste de développement des transports en commun (dont création d’une première ligne de tram en 2011 ), de l’intermodalité et des services vélo, répondant ainsi aux attentes des associations de protection de l’environnement.

Niort abandonne son contournement Nord

JPG - 146.9 ko
Niort
Plan Google Maps.

A Niort (aire urbaine de 135’000 habitants), lundi 21 septembre 2009, la Communauté d’agglomération vote l’abandon du projet de contournement routier Nord : elle estime avoir d’autres priorités budgétaires ne permettant pas d’engager 150 M€ sur ce chantier.

Et dans l’Isère ??

Grenoble (aire urbaine de 530’000 habitants), qui se pique d’être une ville moderne, voire innovante, sera-t-elle la dernière ville de France après Toulon à lancer le chantier d’une rocade routière à 800 M€  ?

Pourtant, le Conseil général de l’Isère, sollicité par les collectivités et les associations du Nord-Isère, avait estimé trop élevé l’investissement de 80 M€ pour le projet de tram périurbain Lyon-Crémieu. Alors que personne ne contestait l’impact positif ni le rapport avantages/coût de ce projet... Le CGI se ravisera-t-il ?

Manifestation du collectif d’associations ParFer pour le tram Lyon - Crémieu au Conseil général de l’Isère le 14 octobre 2009 : voir le reportage

Dauphiné Libéré, édition Nord Isère. Manif Parfer du 14/10/2009.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette